Tendance 2020 : vers des candidats “sans étiquette” dans les petites communes

Nul ne peut échapper au régime politique, qu’il habite en ville ou dans de petites communes rurales. Des élections se passent en effet régulièrement à chaque fin de mandat pour désigner une personne à la tête d’une fonction publique. Pour la plupart des cas, les candidats postulant pour une élection viennent d’un parti politique. Dernièrement, la tendance 2020 révèle un candidat politique sans étiquette. Cette nouvelle tendance apparait surtout dans les petites communes que dans les grandes villes.

C’est quoi un candidat « sans étiquette » ?

Un candidat sans étiquette désigne un candidat se présentant à une élection sans appartenir à aucun parti politique. En effet, le postulant a sa propre idéologie sur ce qu’il prévoit fonder pour la région à laquelle il émet sa candidature. Il se présente alors à l’élection par sa propre volonté et ses propres moyens. Cela n’exclut pas pour autant le fait qu’il peut être soutenu par des  groupes de personnes ou des associations qui n’appartiennent à aucun parti politique. Cette forme de candidature se trouve aussi souvent dans de petites communes. Cela provient du fait que les petites communes se situent dans une zone moins étendue ; par conséquent tous les habitants se connaissent. Avec un nombre de populations moins abondant et une zone limitée, un candidat arrive à discerner les vrais besoins des habitants sans se faire partie d’une couleur politique.

Tendance de choix vers des candidats « sans étiquette »

Un candidat sans étiquette utilise toujours une stratégie qui est la plus proche des besoins réels des habitants. Cela est dû au fait qu’ils ont déposé leur candidature avec leur propres idéologie et philosophie.  Ils n’ont pas eu la fermeté de postuler s’ils n’ont pas tiré leurs motivations d’une faille qu’ils ont aperçue dans la commune concernée. La plupart de ces candidats ont vécu la totalité de leur existence dans la municipalité considérée. De ce fait, ils savent pertinemment les besoins des habitants et ils en utilisent des techniques de persuasion plus directes qui touchent les électeurs. Par conséquent, les gens ont tendance à leur faire confiance qu’à un parti politique qui leur propose des « éventualités ».

Limite d’un candidat « sans étiquette »

Lors de la propagande, un candidat sans étiquette est confronté à quelques limites par rapport à un candidat d’un parti politique. Ils n’ont pas de soutien financier ni de soutien idéologique. Ils commencent leurs démarches de propagande par leurs propres moyens. Ils subissent quelquefois des difficultés administratives vu qu’ils n’ont pas d’appui d’un parti politique. Ce problème persiste parfois même si le candidat est sorti gagnant lors des élections. Un candidat provenant d’un parti politique a tendance d’user cette persuasion lors de la propagande. Un candidat sans étiquette limite donc leur engagement d’initiative étant donné qu’il n’a pas la certitude d’un appui du gouvernement existant en amont de son mandat.

A l’approche des élections municipales, la question des listes communautaires fait débat
Municipales 2020 : la moitié des maires envisage de ne pas se représenter